06.21.64.27.53 contact@olivierobin.com

Ortie, la dame de pique

La plus grande bienfaitrice du règne végétal.

Rudolf Steiner

Pourquoi dit on des vieux objets : « bons à jeter aux orties » ? C’est une injustice !

ou « jeter son froc aux orties », qui signifie renoncer à une vocation.

L’idée de l’Ortie n’évoque pas des images très agréables… Il semble qu’entre l’homme et l’Ortie règne la plus vive antipathie ! L’Ortie doit sa mauvaise réputation aux poils urticants qui garnissent le dessous de sa feuille et de sa tige, secrétant un poison riche en acide formique et en enzymes proches de celles du venin du serpent (mais c’est ce liquide irritant qui représente un des éléments essentiels de la plante).

Pourtant cette plante herbacée est un réservoir de propriétés médicinales, une véritable bombe nutritionnelle. 

L’Ortie (Urtica dioica venant du latin urere qui veut dire brûler), est considérée par les jardiniers et les paysans modernes comme une mauvaise herbe, elle est malmenée. Cette grande dame ne mérite pas ce traitement indigne. En effet, elle constitue un élément de choix.

la dame de pique

Les règles que j'utilise au quotidien

Elle est prodigieuse.

Parlons de ses vertus justement…. Peut-être que vous ne la verrez plus du même œil !la dame de pique

Elle contient des protéines de qualité : 8 g de protéines pour 100 g d’orties fraîches, et 40 g de protéines pour 100 g d’orties sèches.

Elle a 4 fois plus d’antioxydants que le poivron.

Une teneur en Vit C…  7 fois plus que dans une orange ! en Vit E (propriétés antioxydantes), Vit K (propriétés anti-hémorragiques).

Elle est riche en fer (indispensable à la reconstitution des globules rouges) et en calcium (conseillé en cas de décalcification).

Elle contient beaucoup de chlorophylle qui assainit le milieu intestinal.

Elle contient une substance appelée sécrétine, qui constitue le meilleur stimulant des glandes digestives de l’estomac, de l’intestin , du foie, du pancréas et de la vésicule biliaire.

Elle est diurétique (avis aux rhumatisants, à ceux qui souffrent de goutte, de calculs urinaires, de rétention d’urine).

Elle est anti-diarrhéique, elle a été employé contre le choléra.

Elle régule le taux de glycémie.

Elle contient de la silice (anti douleur articulaire, décontractant musculaire).

C’est une herbe de beauté, elle nettoie la peau et fait disparaître l’acné et l’eczéma.

On dit même d’elle qu’elle est aphrodisiaque : d’après le poète  latin Pétrone, elle redonne vitalité aux hommes, il suffit de les fouetter avec un bouquet d’orties « au-dessous du nombril, sur les reins et sur les fesses ». Mésségué (phytothérapeute de renommée) disait d’un de ses vieux amis gascons, coureur de jupon, qu’il optait pour une cure en se roulant périodiquement dans un champ d’orties pour se redonner du cœur à l’ouvrage !

Et il est dit aussi qu’elle combat la chute des cheveux. Il existe en effet un remède antique qui pourrait faire quelque chose en faveur des chauves. « Chauves, fustigez-vous à grands coups d’orties : peut-être quelques bulbes moribonds reviendront-ils ainsi à la vie » !

Comment la consommer ?

La dame de pique est une excellente pour une alimentation santé. Cuite, elle à un goût à mi-chemin entre l’épinard et le cresson. Séchée, elle n’est pas sans rappeler l’algue. Elle perd son pouvoir urticant une fois séchée, hachée ou cuite.

En infusion : 2 poignées d’orties fraîches pour 1 l d’eau, laisser macérer 5 minutes.

En soupe : c’est un véritable régal, Mésségué dit de cette soupe : « Douce comme un velours sur la langue ».

En salade : séchez les feuilles, puis mixez-les. Vous pouvez ensuite en parsemer vos salades.

En jus : avec votre extracteur de légumes. Il faut y aller progressivement, doucement. Le mieux est de démarrer en l’accompagnant de fruits comme la pomme ou l’orange.

exemples de jus d’ortie :

  • pommes – carottes – orties
  • oranges – épinards – orties – gingembre

Surtout, suivez votre ressenti et dégustez doucement.

Pour infos supplémentaires :

Contre les rhumatismes : hachez 3 poignées de feuilles d’orties, 2 feuilles et fleurs de chélidoine et 2 belles feuilles de chou. Faites macérer 48 h dans de l’eau de pluie et filtrer pour applications locales.

Remerciements à Fabienne (ma dame de cœur)